TABLES RONDES -SOCIALISATION DU JEUNE ENFANT EN SITUATION DE HANDICAP « BESOINS ET REALITES »

Nous remercions toutes les personnes qui ont répondu à notre invitation pour ces Tables Rondes que le CAMSP KAYENN organisait le 02 décembre 2016, pour la 1ère fois, dans le cadre de la journée internationale de la personne handicapée (qui en réalité est le 03/12). Compte tenu de la faible participation (19 personnes présentes, sur 60 attendues), nous avons dû porter des modifications à notre organisation.

Premièrement, nous avons fait le choix d’organiser ces Tables Rondes au CAMSP à Baduel, au lieu de l’IRDTS. Ce qui a été l’occasion dans ce programme de faire visiter les locaux à nos partenaires.

Deuxièmement, aucune modification n’a été portée au thème général qui est resté celui de la « Socialisation du jeune enfant porteur de handicap : Besoins et Réalités ». Cependant, au lieu des 5 Tables Rondes, nous avons organisé les échanges autour de deux Tables Rondes, par la réunion des ateliers 1 et 3 :

  • Accompagner la socialisation : cadre législatif et réalité ;
  • Du nécessaire travail de l’individuation pour investir la socialisation ;

Et la réunion des ateliers 2, 4 et 5 :

  • Adaptations : besoins collectifs et individuels ;
  • Expérience de la socialisation en institution : les groupes ;
  • La créativité dans le soin et l’accompagnement : quelles activités en dehors de la structure.

Le CAMSP est souvent en première ligne dans ce « grandir avec un handicap », ce grandir qui se doit d’aboutir à l’instauration du respect d’autrui, et du respect de soi-même. Pour cela le rôle de l’éducation familiale, scolaire et sociale est central, aucun enfant ne saurait grandir seul.

La surprotection empêche de grandir, car elle gêne souvent l’accès à l’autonomie et maintient le lien de dépendance. Alors que, l’autonomie renforce la confiance qui permet à l’enfant d’accéder à l’initiative, à la créativité : dans le oser faire, oser dire, oser penser… l’enfant peut alors établir un rayon d’action plus large, avec plus de liberté.

Mais l’enfant porteur de handicap peut vivre son corps comme défectueux et non fiable, d’où son insécurité et son sentiment d’impuissance, le corps à corps est difficile à vivre… Tout doit cependant être mis en œuvre pour que ces enfants puissent se vivre comme capables, capables d’agir, de penser et de dire.

Grandir avec un handicap est une situation difficile qui met à l’épreuve aussi bien l’enfant lui-même que sa famille, ainsi que les soignants, les accompagnateurs, les éducateurs, enseignants… Situation difficile qui interroge, car prendre soin de ce petit enfant si différent et pourtant pareil interroge tant les professionnels que les familles.

Comment ces professionnels vont-ils l’accueillir, l’écouter, entendre ses inquiétudes? Comment allons-nous répondre aux besoins de cet enfant, aux difficultés que cela entraîne au quotidien, et aux demandes de ses parents ? Comment créer de la sécurité pour que l’enfant et sa famille se construisent ou se reconstruisent ?

C’est autour de l’organisation des 5 ateliers que nous avons proposé des thèmes qui puissent nous amener à échanger, à construire du lien entre partenaires pour assurer en toute quiétude l’accès à la socialisation du jeune enfant en situation de handicap.

Ces Tables Rondes, nous ont invité à penser le partenariat, cette nécessaire évidence d’un partage professionnels-professionnels en rappelant le cadre législatif de la socialisation, en partageant des expériences par un état des lieux des pratiques autour de la socialisation des enfants porteurs de handicap, tout en tenant compte de la réalité du terrain.

accueil table ronde camsp cayenne 2016 300x263 - TABLES RONDES -SOCIALISATION DU JEUNE ENFANT EN SITUATION DE HANDICAP « BESOINS ET REALITES »

Table Ronde 1

Atelier 1 : Accompagner la socialisation : cadre législatif et réalité

Il s’agit ici de faire le lien entre la législation et les expériences de socialisation des professionnels, des familles et des structures accueillantes. Comment répondre aux angoisses et aux craintes des parents, mais aussi des professionnels ? Quelles sont nos attentes, nos souhaits et nos désirs selon la position des parents ? Des professionnels soignants ou accueillants ? Quelle articulation entre la loi et la réalité du terrain ?

Atelier 3 : Du nécessaire travail de l’individuation pour investir la socialisation

S’attacher pour mieux se détacher…

Pour construire son individualité et trouver sa place dans la vie en collectivité, l’enfant doit avoir expérimenté une relation d’attachement suffisamment sécure.

Pour ce thème, une psychomotricienne et une éducatrice de jeunes enfants vous proposeront de revisiter le concept d’attachement afin d’évoquer comment l’alliance thérapeutique peut faire tiers dans la dyade mère-enfant et soutenir ainsi le processus d’individuation, clé pour une bonne intégration à la vie en collectivité.

tables rondes camsp cayenne 2016 atelier3 300x185 - TABLES RONDES -SOCIALISATION DU JEUNE ENFANT EN SITUATION DE HANDICAP « BESOINS ET REALITES »

Table Ronde animée par des professionnels du CAMSP :

Monique BOISSARD, assistante de service social

Lucie CAPIAN, psychomotricienne

Ludivine VINCENT, psychomotricienne

Alvine LEKANE, médecin directeur

 

Les attentes des participants ont été recueillies en début de séance :

  • Obtenir des éléments concrets sur le travail au quotidien avec les enfants en situation de handicap ;
  • Elaborer le travail partenariat avec le CAMSP : construction et importance du lien ;
  • Accompagner l’enfant à l’Ecole Maternelle.

Le CAMSP peut être amené à soutenir et accompagner l’accueil de l’enfant et de sa famille : en crèche, à l’Ecole, en centre de loisirs. Lorsque les parents en font la demande, mais aussi la crèche, ou que le projet de l’enfant le nécessite, avec toujours l’accord de la famille, voire la présence du parent qui reste l’acteur principal dans ces actions d’échanges avec l’équipe et de l’intégration.

La réalité, pour le CAMSP est de réfléchir sur un travail de partenariat avec les structures de la Petite Enfance, tout en tenant compte des limites des échanges, du fait du cadre médico-social imposant le secret professionnel.

Lors d’un projet ou d’une demande d’intégration en crèche, l’équipe est présente pour rassurer les parents qui peuvent présenter des inquiétudes, des réticences, voire des angoisses, sur :

  • Au point de départ, de ne pas trouver de place, du fait même de la situation de handicap de son enfant ;
  • Les soins donnés à son enfant, seront-ils bien assurés du point de vue social, éducatif, psychique ? sans rejet et sans peur ?

tables rondes camsp cayenne 2016 2 300x200 - TABLES RONDES -SOCIALISATION DU JEUNE ENFANT EN SITUATION DE HANDICAP « BESOINS ET REALITES »

La réalité, c’est aussi, celle des professionnels de la Petite Enfance à prendre en compte :

  • Le manque de formation sur la question du handicap ;
  • La peur de ne pas savoir faire, de faire mal, par le manque de connaissance ;
  • Gêne, incompétences, maladresse dans la manipulation et l’utilisation des aides techniques…

Du côté des Ecoles, des inquiétudes et constatations sont également relevées auprès de l’équipe pédagogique comme le manque de temps, l’insuffisance de formation sur le handicap, les difficultés d’organisation dans cette prise en charge particulière de l’enfant en situation de handicap, avec un manque criant d’AESH. Le lien principal entre les partenaires, Ecoles et ESMS, reste la mise en place d’Equipe Educative ou Equipe de Suivi et de Scolarisation pour les enfants ayant un dossier MDPH. Ces moyens de coordination sont demandés tant par le CAMSP, l’Ecole et/ou la Famille.

tables rondes camsp cayenne 2016 3 300x200 - TABLES RONDES -SOCIALISATION DU JEUNE ENFANT EN SITUATION DE HANDICAP « BESOINS ET REALITES »

Pourquoi une intégration en crèche, pour :

  • Sortir l’enfant et sa famille de l’isolement,
  • Permettre à l’enfant de créer du lien social,
  • Changer le regard des autres, de la société sur le handicap,
  • Amener le parent à une reprise d’une activité professionnelle,
  • Préparer à l’intégration scolaire.

Pour que l’enfant trouve sa place dans la vie en collectivité, il faut que l’enfant ait acquis une certaine autonomie pour pouvoir se séparer de son parent. Pour pouvoir se séparer et expérimenter, il faut que l’enfant se sente suffisamment en sécurité, c’est à dire avoir expérimenté une bonne relation d’attachement avec son parent. Le parent doit lui aussi avoir expérimenté une bonne relation avec son enfant pour le laisser explorer.

Cette notion d’attachement est dès le départ initié par l’enfant, par des comportements qui appel la proximité d’un adulte (pleurs, regards, cris, sourires…). Mais cet attachement peut-être mis à mal, soit par l’enfant (prématurité, troubles du développement, handicap…), soit par le parent qui n’est pas en capacité de répondre aux appels de l’enfant (situation sociale, souffrance psychologique lié à la naissance, handicap de l’enfant…)

Cette situation de handicap peut engendrer une vulnérabilité de la relation, des difficultés nécessitant un accompagnement qui peut être différent selon les membres de la famille. Les besoins peuvent être d’ordre psychologique, social ou économique.

Cette vulnérabilité peut être préjudiciable pour l’accompagnement et les soins de l’enfant.

Le CAMSP va se positionner pour faire alliance avec la famille (au sens large)  et accompagner quand la parentalité est mise à mal :

  • Faire tiers entre l’enfant et les parents ;
  • Soutenir la relation ;
  • Recréer une relation plus sécure pour favoriser la séparation et l’autonomie dont l’enfant aura besoin pour sa socialisation ;
  • Créer un cadre institutionnel suffisamment sécure pour que le parent se sente lui-même contenu à s’autoriser, à être en demande sans se sentir en danger sur le plan narcissique ;
  • Soutenir la parentalité en offrant un espace de paroles bienveillant ;
  • Accompagner la famille vers des objectifs déterminés, ensemble ;
  • Valoriser le parent sur ses compétences parentales ;
  • (Re)créer des espaces de jeux parents/enfants.

Tout cela va se mettre en place durant la phase d’évaluation lorsqu’est fait un état des lieux des besoins explicite et implicite des familles. Cet état des lieux va aboutir à la construction d’un projet pluridisciplinaire cohérent, d’où l’importance de faire du lien avec les différents partenaires impliqués dans le projet de l’enfant.

C’est pourquoi le CAMSP accompagne le jeune enfant dans cette première expérience de socialisation, en structure de la Petite Enfance ou à l’Ecole.

Table Ronde 2

Atelier 2 : Adaptations : besoins collectifs et individuels

La construction de l’identité a lieu tout au cours de la vie. Une des étapes primordiale est la séparation parent-enfant. L’entrée en collectivité peut correspondre à cela. Comment à ce moment-là, l’enfant s’adapte à l’environnement ? Et comment l’environnement accueillant peut s’adapter à la prise en compte de l’individualité ?

Atelier 4 : Expérience de la socialisation en institution : les groupes

Le groupe thérapeutique : espace transitionnel pour (ré)expérimenter la séparation, éprouver un nouvel espace commun et un sentiment d’appartenance, vivre une expérience émotionnelle collective suffisamment bonne. (Re)découvrir de nouvelles manières d’être en relation dans un cadre contenant afin que la rencontre avec l’autre soit davantage source de plaisir en s’appuyant sur des médiations (jeux, piscine, cheval…).

Atelier 5 : La créativité dans le soin et l’accompagnement : quelles activités en dehors de la structure ?

La créativité est-elle le moyen pour construire son rapport au monde, aux autres et à soi-même ? De la collaboration entre structures de soin et de loisirs, à la réalité du terrain : du soin au loisir, une réalité ?

equipe camsp cayenne pep guyane 300x186 - TABLES RONDES -SOCIALISATION DU JEUNE ENFANT EN SITUATION DE HANDICAP « BESOINS ET REALITES »

Table Ronde animée par des professionnels du CAMSP :

Manon JULIEN, psychologue

Morgane HUSKEN, orthophoniste

Pauline MARTIN, ergothérapeute

Marie SOUCHON, psychomotricienne

Myriam DELPHIN, chef de service

Grandir avec un handicap est une situation difficile qui met à l’épreuve aussi bien l’enfant lui-même que sa famille, ainsi que les professionnels qui gravitent autour : Ecoles, structures de la petite enfance, ESMS. Situation qui a beaucoup interrogé. Sur le comment accueillir les enfants en situation de handicap, répondre à leurs besoins, aux difficultés que cela entraîne au quotidien.

Pour rappel, chaque enfant rencontre des difficultés lors de la socialisation, mais un enfant qui ne rencontre pas de situation de handicap a des ressources d’adaptation moins coûteuses qu’un enfant porteur de handicap. En effet, l’enfant en situation de handicap peut vivre son corps comme défectueux et non fiable, d’où son insécurité et son sentiment d’impuissance, le corps à corps est difficile à vivre… :

  • Difficultés à s’adapter au niveau sensoriel (mal-être physique et psychique…) ;
  • Difficultés à s’adapter au groupe de paires ;
  • Difficultés à s’adapter aux changements de professionnels (adaptation aux horaires, aux habitudes…) ;
  • Difficultés à faire ressortir sa personnalité et ses spécificités, de manière à s’inscrire, à s’individualiser dans la collectivité.

tables rondes camsp cayenne 2016 4 300x200 - TABLES RONDES -SOCIALISATION DU JEUNE ENFANT EN SITUATION DE HANDICAP « BESOINS ET REALITES »

Tout doit cependant être mis en œuvre pour que ces enfants puissent se vivre comme capables, capables d’agir, de penser et de dire, dans ce cadre éducatif et social.

Ce qui a été révélé lors des échanges, c’est que cela n’est pas simple et demande beaucoup d’adaptation et crée des émotions particulières, comme la peur, l’appréhension, la distance, voire le rejet… Des échanges ont pu aborder le comment créer de la sécurité pour que l’enfant et sa famille se construisent ou se reconstruisent, et ont pu révéler :

  • Peur de la différence, d’où l’importance de faire la part des choses, entre incapacités et besoins. Peur de la différence, souvent par manque de connaissance du handicap, de la rééducation ;
  • Peur d’un « contagion du handicap » ;
  • Peur de ne pas savoir comment réagir, faire, face aux troubles du comportement, aux troubles moteurs… au point, de ne plus savoir, pouvoir gérer le groupe ;
  • Appréhension face aux difficultés qui peuvent se révéler : organisation de l’espace (matériels adaptés à la situation d’handicap et souvent encombrants et qui créent souvent un mal aise), du temps dans l’organisation générale de la prise en charge de l’enfant au cours de la journée.

En effet, peur du ralentissement du groupe qui n’est pas vu comme un enrichissement. Charge de travail en plus qui nécessite souvent une personne supplémentaire qui n’est pas forcément prévue.

tables rondes camsp cayenne 2016 5 300x200 - TABLES RONDES -SOCIALISATION DU JEUNE ENFANT EN SITUATION DE HANDICAP « BESOINS ET REALITES »

Durant ces réflexions, les différents professionnels ont croisé leur regard, leurs expériences, dans une écoute attentive et des échanges fructueux, qui ont permis de faire émerger des clés pour pallier à cela :

  • Présentation de l’enfant sur ce qu’il est et sur ce qu’il a. Pas sur un seul aspect de son identité : le handicap. Valoriser ses compétences, comprendre son fonctionnement particulier pour trouver les aménagements et les adaptations nécessaires à chaque enfant, mais aussi sur les rééducations et les modes de socialisation qui peuvent l’aider à grandir ;
  • Revalorisation des professionnels ;
  • Réflexion et préparation d’un projet d’accueil, sans exclure les tâtonnements ;
  • Croiser les regards, les expériences, dans une écoute attentive, entre parents-professionnels, professionnels de la structure Petite Enfance-professionnels du CAMSP et autres ESMS ;
  • Laisser un temps d’adaptation, d’accordage des deux parties ;
  • Utilisation des aides techniques pour une reconnaissance de la personne, indispensable pour son autonomie psychique.

Tout cela, pour permettre aux parents de se sentir suffisamment solides et étayés pour s’ouvrir vers l’extérieur. Car la confiance et l’estime de soi, sont garants de la sécurité et de la prise en charge. Prise en charge qui passe par la pratique de petits groupes, bon levier thérapeutique, qui permet à l’enfant, dans la sécurité du groupe et du jeu de prendre position, d’oser être.

tables rondes camsp cayenne 2016 6 300x200 - TABLES RONDES -SOCIALISATION DU JEUNE ENFANT EN SITUATION DE HANDICAP « BESOINS ET REALITES »

Quelles sont nos armes pour continuer à inventer, à créer, à être au plus près des besoins des enfants et de leurs parents ?

La confiance des professionnels entre eux permet de prendre le risque d’être créatif, d’oser, tout en étant en sécurité. Cette confiance permet de proposer, de créer de nouveaux groupes, de travailler en binôme de professionnels, d’aller même vers l’extérieur et se fier à d’autres professionnels.

CONCLUSION

Ces Tables Rondes sont le début d’une véritable co construction des soins en s’appuyant sur les ressources partenariales, pour continuer à inventer, à créer, à se questionner, à se former, à partager des connaissances avec toujours le désir d’ouverture avec les partenaires, pour apprendre à se connaître, se parler, échanger et se faire confiance. Afin de :

  • Faciliter l’inclusion sociale et scolaire de l’enfant ;
  • Travailler en collaboration avec les professionnels des établissements d’accueil du jeune enfant de façon harmonieuse ;
  • Faciliter l’accès des enfants du CAMSP à ces établissements.

D’autant plus, que nous savons qu’il est important que le parcours d’un enfant avec un handicap soit marqué par des étapes de vie qui signent « le grandir », des séparations, des ruptures de liens, d’où l’importance de rassurer, de faire du lien entre partenaires, pour accueillir et prendre soin de la famille autour de son projet d’accueil.

Capture 300x147 - TABLES RONDES -SOCIALISATION DU JEUNE ENFANT EN SITUATION DE HANDICAP « BESOINS ET REALITES »

Les résultats du QUESTIONNAIRE

tables rondes camsp cayenne 2016 7 300x200 - TABLES RONDES -SOCIALISATION DU JEUNE ENFANT EN SITUATION DE HANDICAP « BESOINS ET REALITES »

Un questionnaire a été remis lors de l’accueil aux Tables Rondes, ainsi qu’une attestation de présence et une plaquette de présentation du CAMSP.

Le questionnaire avait pour but de mesurer l’impact des Tables Rondes de façon générale, et d’évaluer son organisation et l’attente des participants lors de futures rencontres.

Malgré les nombreuses invitations transmises par courrier et par mail aux Ecoles Maternelles,  aux structures de la petite enfance, aux PMI, et aux ESMS, sur tout notre secteur d’intervention (Cayenne, Rémire-Montjoly, Matoury, Macouria, Roura, Montsinéry-Tonnagrande). Peu de personnes se sont inscrites à ces manifestations. Il semblerait que la diffusion de l’information n’ait pas été suffisante.

La plupart des participants présents ont eu connaissance de ces Tables Rondes sur leur lieu de travail, soit 61%. 17% ne se prononcent pas. 11% par mail et par leur corporation respective (Association des psychologues, des EJE).

A ces rencontres, les professionnels des structures Petite Enfance étaient les plus nombreux, soit 61,11%, puis viennent ceux de l’Education Nationale, et les ESMS pour 16,66% et Autre, 5,55%.

55,55% connaissent le CAMSP dans le cadre professionnel, 33,33% dans le cadre de leur formation.

100% des participants ont été satisfaits de l’accueil ainsi que de l’organisation de l’évènement qui a répondu à leurs attentes de manière générale.

Pour l’accueil, les observations à retenir :

  • Un accueil chaleureux ;
  • un partage d’expériences intéressant ;
  • Des échanges dans une prise de conscience de la réalité du terrain et mise à jour des difficultés qui peuvent apparaître dans ce travail partenarial à développer ;
  • L’utilisation des locaux du CAMSP comme lieu d’organisation des Tables Rondes a été appréciée, meilleure visibilité du parcours de soin ;
  • Expériences à renouveler par des groupes moins importants par Table Ronde, et réflexion autour d’une seule thématique, pour une meilleure communication et échanges avec ses partenaires.

Les objectifs et modalités ont été définis et atteints, selon 100% des participants, ainsi que l’information qui a été transmise de façon pertinente et qui a répondu aux attentes des participants.

Pour les prochaines actions à mener, autour de Tables Rondes, conférences ou colloques, Les sujets attendus :

  • De la crèche, à l’Ecole et parfois le CAMSP : construire et créer un chemin de communication, pour un véritable lien partenarial. S’écouter, se parler, se coordonner ;
  • Confronter les théories au vécu de l’expérience pour une meilleure évaluation des actions : découverte de nouvelles approches et de nouveaux outils ;
  • Les spécificités de l’enfant prématuré, pour une compréhension de son suivi et de l’aide compétente et bienveillante à apporter pour prendre soin de lui et de ses parents et soutenir son développement. A destination des Ecoles et des structures de la petite enfance ;
  • Inviter les collectivités, les responsables de centres de loisirs, les ATSEM les enseignants (le monde scolaire et extrascolaire), à réfléchir ensemble avec le CAMSP pour accompagner au mieux le développement social des enfants en situation de handicap ;
  • Moins de théorie, pour plus de pratique sous forme d’ateliers (jeux, activités) de petits groupes, concernant le langage, l’espace et l’appropriation du corps chez le tout-petit ;
  • Autour de petits groupes, approfondir le thème de la créativité sous forme d’échanges et de situations concrètes.

 

                                                                                                   L’équipe du CAMSP

Le 02 décembre 2016